-ZISKA-

Il prend vie la nuit pour bidouiller des trucs et des machins, parce que les heures éclairées n’ont pas vraiment d’intérêt. Ses premières amours, papier mâché et personnages aux yeux de chouette écarquillés. Puis viennent la découverte de l’acrylique -une sorte d’âge de bronze, les toiles de plus en plus grandes, les collages, les machines à rien, la musique « pikipiou », le plâtre, un bref retour à l’âge de pierre avec le béton moulé qu’il fait sécher dans le petit four Moulinex de la cuisine, le bois, la menuiserie, et puis les lampes, les lampes sous toutes leurs formes. Car, tout de même, si les heures éclairées n’ont pas vraiment intérêt, il faut bien un minimum de lumière pour bidouiller tous ses bidules.

Publicités